Fahrenheit 451 : le monde à l’envers ?

        Le film de Truffaut adapté du roman de science-fiction de Bradbury Fahrenheit 451 décrit une société dystopique au système de valeur inversé : tandis que les livres sont proscrits, la télévision est valorisée. Un jeune homme nommé Montag, faisant partie des pompiers qui désormais n’éteignent plus les feux mais les allument pour brûler les livres, tente de renverser le système établi après sa rencontre avec Clarisse, adepte de lecture. Mais cette société de science-fiction est-elle réellement une inversion de notre monde actuel ?

I- Un monde inversé…

  • Omniprésence de l’inversion

Le premier élément d’inversion que le spectateur rencontre est celle du rôle des pompiers : ceux qui aujourd’hui éteignent les feux, les allument désormais pour brûler les livres. Il y a un réel effet de surprise à cet égard dans la première scène. Le spectateur reconnaît le camion de pompier rouge mais une musique angoissante accompagne son avancée implacable en lignes droites, lui donnant une dimension menaçante. Le spectateur suit son avancée jusqu’au domicile d’un homme où il assiste à une étrange perquisition. L’objet du crime est en effet la possession de livres qui seront brûlés par les pompiers.

Capture d’écran (109)
On découvre par la suite que le phénomène d’inversion caractéristique de cette société est l’inversion du système de valeur concernant l’antagonisme entre livre et télévision. Les livres sont proscrits, accusé de rendre les hommes « malheureux » et « antisociaux » tandis que la télévision est considérée comme une présence familière et rassurante. La femme de Montag, Linda, représente la fascination de la société pour la télévision. Elle constitue pour elle sa véritable famille, elle appelle d’ailleurs une présentatrice « cousine Claudette ». Lors de la scène où elle regarde la télévision avec Montag, on passe d’un plan d’ensemble de la pièce à un gros plan sur la télévision et un zoom progressif sur la tête de la présentatrice au regard fixe. Cette avancée mime le caractère hypnotique de la télévision et les frontières avec la réalité se brouillent puisque l’on ne voit plus les bordures de la télévision. Pour Linda, la télévision est en effet sa réalité : elle parle à peine avec son mari, obsédée par la télévision avec laquelle elle a l’impression d’entretenir une relation intime. Le montage dans cette scène en est représentatif : la télévision est munie d’un système interactif et Linda doit répondre à des questions, il y a des champs/contre-champs entre son visage et celui des présentateurs mais jamais avec celui de Montag.

Capture d’écran (6)
Capture d’écran (7) 
Capture d’écran (8)
On peut également remarquer l’opposition entre Clarisse et Linda comme représentation du système de valeur inversé. Alors que ces deux personnages sont joués par la même actrice, chacune est l’inverse de l’autre : Linda est obnubilée par la télévision, malheureuse et silencieuse tandis que Clarisse est passionnée de livre, joyeuse et discute avec Montag. Le fait qu’elles soient jouées par la même actrice accentue physiquement le contraste entre les deux systèmes de valeur.
Enfin, on peut relever des éléments de décor qui représentent cette thématique de l’inversion et qui ont une grande importance symbolique. Le métro à l’envers et la rampe de pompier que l’on remonte en sens inverses sont les rares éléments futuristes du film et ont une importance dramatique forte. Le métro est le lieu où Montag rencontre Clarisse et lorsque Montag commence à lire il ne pourra plus se servir de la rampe. Ces éléments symbolisent donc la logique inversée de la société. Les photos d’identité de Montag détenues par son chef sont aussi à l’envers, prises de dos. Il y a une réelle mise en valeur de ces photos dans le montage avec une fermeture à l’iris sur une musique angoissante : cette dramatisation attire l’attention du spectateur et cette image d’homme dont on ne se soucie pas du visage peut être considérée comme élément symbolique de la déshumanisation de la société.

Capture d’écran (14) Capture d’écran (15) Capture d’écran (16)
Capture d’écran (5) Capture d’écran (26)

  • Une société dystopique

La société présentée dans le film constitue l’inverse de l’idéal utopiste humaniste.Cet univers aux teintes grisonnantes abrite une société malheureuse, déshumanisée et endoctrinée.

Le quotidien de Montag est une routine morne. On peut noter à cet égard l’importance de longues séquences montrant le métro et le camion de pompier avançant toujours en ligne droite, symbolisant la linéarité de la vie dans cette société. Les dépressions sont généralisées comme le montre le manque de réaction des secouristes lorsque Linda est évanouie ayant pris trop de cachets. Ils voient tant de cas similaires que cela est devenu la norme.

Les individus ne semblent plus entretenir aucun contact émotionnel entre eux. Il y a très peu de dialogues entre les personnages, Montag ne parle que rarement avec sa femme, lorsqu’elle invite des amies c’est pour se réunir autour de la télévision. Il ne semble plus y avoir d’amour altruiste dans cette société. Plusieurs images montrent d’étranges scènes d’auto-érotisme: une jeune femme dans le métro embrasse son reflet dans la vitre, un jeune-homme s’enlace dans le square, Linda se caresse les seins devant un miroir. Il n’y a plus non plus de désir de fonder une famille, la seule « famille » intéressant Linda est celle de la télévision. Lorsque Montag lui annonce une promotion la seule chose qu’elle désire est un deuxième mur télévisé : « When you have your second wall’s screen, it’s like having your family grow out all around you » (« Quand tu as ton deuxième mur télévisé c’est comme voir sa famille grandir autour de toi ») dit-elle. Le mécanique prime sur l’humain.

Tout ceci est le résultat de l’endoctrinement promulgué par l’État via la télévision et l’interdiction des livres. Tout est contrôlé, surveillé pour que personne n’échappe au système. Les lecteurs sont traqués et la société endoctrinée participe aveuglément au système en dénonçant les suspects dans une boîte aux lettres prévue à cet effet. Montag est d’ailleurs surveillé par un de ses collègues et se fera finalement dénoncer par sa femme.

=> Dans ce monde de science-fiction, à l’inversion du système de valeur à l’égard du livre et de la télévision correspond donc une société dystopique. […]

II-… ou un monde accentué ?

  • Une science-fiction réaliste

Cette société présentée comme une science-fiction donne néanmoins une impression de familiarité angoissante.

Il y a en effet très peu d’éléments futuristes. Certaines parties de décor sont même très contemporaines de la période de réalisation du film et donnent des preuves de crédibilité, signalant que le monde totalitaire de Fahrenheit 451 n’est peut-être pas si éloigné.

Les costumes sont contemporains de l’époque de réalisation du film, les œuvres brûlées toutes connues des spectateurs, et les habitats pavillonnaires ressemblent fortement à ceux déjà existants. Seul le contexte apparaît fantaisiste.

Truffaut affirme avoir travaillé sur le caractère plausible de l’œuvre : « le postulat est très excentrique et il fallait le rendre plausible sans lui faire perdre cette fantaisie ». Il rompt les codes traditionnels de la science-fiction en présentant une société réaliste : le mélange de l’inversion des codes et du sentiment de familiarité perturbe le spectateur.

  • Le reflet de notre société.

Bradbury affirme que « la science-fiction est une description de la réalité ». On peut donc voir cette société dystopique non comme une inversion de notre monde mais une accentuation des phénomènes en germe dans notre société. Il s’agirait de montrer les conséquences extrêmes de l’abandon du livre au profit de la télévision.

Ce constat prend d’autant plus d’importance qu’il présente de nombreux points communs avec la situation aux États-Unis en 1952 en plein maccarthysme. Les intellectuels sont éliminés sur dénonciation de leurs voisins afin d’assurer la sécurité nationale et le bonheur commun. Le nazisme a également effectué des autodafés, montrant que les totalitarismes pouvaient s’en prendre aux livres.

Le spectateur ne voit donc pas une société de science-fiction fantaisiste où tout serait à l’inverse de la sienne mais un reflet symbolique de sa propre société.

=> La familiarité avec cette société austère perturbe et interpelle le spectateur : quel message peut-il y voir ?

III- La ré-inversion de Montag : un retour à la norme à valeur d’apologue

  • Une démarche à rebours

Montag constitue au début du film l’archétype de cette société destructrice de livres : pompier assidu, il est sur le point de recevoir une promotion. En découvrant la lecture grâce à Clarisse il va déconstruire toutes les certitudes que le système totalitaire lui a assénées pour accéder à la vérité.

Sa routine habituelle est brisée par sa rencontre avec Clarisse, personnage dont la vitalité contraste avec les autres personnages. Elle ne produit aucun contre-discours mais pose simplement des questions à Montag qu’il ne s’était jamais posé, embourbé dans la routine totalitaire. Contrairement aux séquences avec sa femme, il y a beaucoup de champs/contre-champs entre Montag et Clarisse, et ils sont souvent dans le même champs, comme lors du long travelling du début lorsqu’il rentre pour la première fois ensemble, ce qui montre qu’un réel dialogue s’instaure entre eux.

La lecture fait le reste. Montag s’était toujours figuré les livres comme malsains, à l’image de ce qu’on lui avait dit : ils rendent les gens antisociaux et malheureux répond-il à Clarisse lorsqu’elle lui demande pourquoi les livres sont interdits. Mais lors de sa première lecture, Montag est fasciné par la beauté des mots : des gros-plans successifs de plus en plus rapprochés montrent son doigt parcourant les lignes et miment sa fascination.

Capture d’écran (19)Capture d’écran (20)Capture d’écran (21)

Ainsi se détache-t-il progressivement des idées qu’on lui a toujours imposées. La scène de cauchemar est représentative de cette rupture. Il y a une alternance en fondus enchaînés entre des plans montrant les rails du métro défiler et Clarisse reproduisant le geste de la vieille dame brûlant avec sa bibliothèque. Les rails défilant représentent sa vie routinière et les images de Clarisse viennent perturber cette routine et remplacer les anciennes par la vérité cruelle du système.

Montag accède donc finalement à la vérité et découvre que tout n’était que mensonge : l’humain est dans les livres et non dans la télévision, « behind each of these books there is a man ». « These books are my family » (Ces livres sont ma famille) rétorque-t-il à Linda lorsqu’elle lui dit d’arrêter de lire. Il opère donc une inversion totale du système.

  • Retour à la vérité

Le chemin initiatique de Montag permet donc de dévoiler la vérité.

La télévision est dans le mensonge, il s’agit d’un appareil idéologique d’État véhiculant sa propagande de façon hypnotique et déshumanisant les individus. « Law enforcement can be fun » affirme la présentatrice dans son émission. Elle véhicule de fausses images, comme celles de Montag mourant à la fin.

Au contraire, Montag découvre qu’à l’opposé du discours de propagande les livres sont humains et vrais. Il découvre avec la société des « hommes livres » un lieu de partage et de dialogue dans la nature, près d’un lac, qui s’opposent au métro et au feu. Les valeurs humaines y retrouvent leur place.

Et à ce système valorisant les livres correspond une société de liberté. La dernière scène montre des personnages tous différents allant et venant librement dans tous les sens du champs.

Capture d’écran (40)Capture d’écran (41) Capture d’écran (42)

  • Un apologue

Truffaut écrit à propos du livre « Bien des œuvres de science-fiction peuvent être considérées comme des contes de fées pour adultes, et en ce sens on peut voir dans Fahrenheit 451 une fable de notre époque ».

On peut en effet remarquer que le film a parfois des allures de conte avec les ralentis, la musique ou encore le camion de pompiers ressemblant à un jouet. Le cadre spatio-temporel flou contribue également à donner l’impression d’un conte.

Et comme toute fable, Fahrenheit 451 contient une visée didactique. Le mouvement de rébellion de Montag peut être considéré comme un appel à aller à rebours de la tendance de la société de la culture de masse en pratiquant une lecture intime. Ce conte philosophique prône de façon symbolique les valeurs de liberté et d’humanité contre la pensée univoque. Il s’inscrit contre toutes formes de censure possibles.

Conclusion

Ainsi, comme le livre l’est pour Montag, la fiction sert ici aussi à prendre conscience de la réalité qui nous entoure. En présentant le reflet symbolique de notre société, ce film engage le spectateur à œuvrer à contre-courant de la décadence de la société.

Il est intéressant de considérer qu’alors que dans le film il y a une opposition entre l’image télévisée et le livre, le cinéma vient former un consensus entre les deux en étant à la fois image et d’inspiration littéraire. L’adaptation cinématographique de l’œuvre de Bradbury établit en effet une mise à égalité de l’image et du livre en créant une interdépendance entre les deux : le film défend le livre et le livre sert de support au film. Image et livre ne s’opposent plus mais s’entremêlent de façon à ce qu’on ne puisse plus les opposer.

 



Citer ce billet
yderrien (2015, 24 mars). Fahrenheit 451 : le monde à l’envers ? LEMA-Cinéma. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtlm