Le second autodafé : une arme de dénonciation

           Fahrenheit 451 est un film franco-britannique réalisé en 1966 par François Truffaut. Il s’agit du seul film du réalisateur tourné intégralement en langue anglaise. Ce long-métrage soulève des sujets de société, comme l’arrivée de la technologie numérique, qui s’inscrivent profondément dans notre actualité car la standardisation de la société et de ses membres aux dépends de la connaissance, criante dans notre extrait, est une inquiétude récurrente. Notre passage est un tournant dans le film : la mort de la vieille dame avec ses livres, au sein de sa propre maison, va bouleverser Guy Montag et s’avérer être l’élément déclencheur de sa prise de conscience. Il tentera après cela d’ouvrir les yeux à son épouse et aux amies de celles-ci. En effet, ces dernières sont très réceptives à la propagande télévisée, et, naïves, elles ne remettent pas en cause les explications qui leur sont données, notamment à propos de la guerre. Le suicide est banalisé et son taux très élevé – les morts à la guerre, par exemple, sont maquillés – dans cette société où les hommes sont drogués afin de rester dociles. Dans quelle mesure cette séquence est-elle précisément le tournant du film et qui précipite la prise de conscience de Guy Montag ?

 ***

I. Une entrée qui annonce la couleur

a) Le renversement du rôle des pompiers comme symptôme d’une société malade

           Le début de l’extrait nous montre la façon de procéder des pompiers, qui entrent en essayant de forcer la porte. Le fait que cette dernière ne soit pas verrouillée et que personne n’ait songé en premier lieu à essayer de l’ouvrir est une critique de l’absence de prise d’initiatives qui caractérise cette société dystopique. En effet, les hommes ne doivent pas penser par eux-mêmes mais suivre la ligne de conduite dictée. Nous assistons au même phénomène lors du « contre-ordre » donné dans la bibliothèque : « Brûler la maison est une opération, brûler les livres en est une autre, n’est-ce pas ? Brûler le tout crée une confusion ». Cette phrase crée un effet de comique surtout parce qu’elle est prononcée par le capitaine des pompiers. En effet, il est censé superviser l’opération et les imprévus font partie généralement partie du métier. Dans ce film, les pompiers ont un rôle opposé à celui que nous leur connaissons : ils ne sont pas gardiens de la sécurité de la population mais chargés de les maintenir éloignés de la connaissance, considérée comme un danger. Ils ne servent plus les intérêts du peuple mais ceux de la puissance qui garde ce dernier dans l’ignorance afin de mieux l’asservir. Cet exact inversement est illustré par les paroles d’un petit garçon regardant les pompiers passer en compagnie de sa mère: « Oh Maman regarde ! Les Pompiers ! Il va sûrement y avoir un feu » alors qu’ils sont en route pour l’intervention chez la vieille dame. Cette nouvelle dimension du métier est mise en avant par plusieurs procédés : tout d’abord, ils sont habillés en noir avec un casque noir, et leur visage très pâle se trouve à hauteur des fenêtres, seule source de lumière. Cela crée donc un effet de clair-obscur dont la dominance de noir crée la dramatisation. Lors de leur entrée, chaque membre de l’équipe s’est disposé en cercle autour de la porte, laissant à Guy Montag la place centrale : l’attention du spectateur se porte donc naturellement vers lui.

          La vieille dame arrive par la gauche, généralement symbolique du bien contre le mal. Elle marche d’abord en silence, puis le son de son rire nous parvient alors que le plan est de nouveau sur les pompiers en contrebas. Le rire est le propre de l’homme, une des caractéristiques qui le sépare des animaux. Ce rire participe également à la dramatisation de la scène par son arrivée soudaine et son caractère incompréhensible, désarmant. La musique prend le relai de la dramatisation au moment où les pompiers montent les marches, où ils investissent véritablement la maison, il y a une accélération du rythme alors qu’il était basé sur les pas lents de la vieille dame. Elle est habillée en gris clair, ce qui contraste fortement avec les vêtements noirs des pompiers. La couleur claire, presque blanche grâce à la lumière qui la suit, symbolise la connaissance. Elle arrive pour éclairer les pompiers, mais ces derniers vont la violenter. Toute la pièce est en clair-obscur et une lumière est braquée sur elle, ce qui crée un contraste. Il s’agit d’un plan subjectif du point de vue des pompiers au rez-de-chaussée, elle apparaît donc en contre-plongée, accentuant son aura positive. De nouveau, les pompiers sont vus dans un plan subjectif de demi-ensemble, du haut des escaliers : le lustre est au premier plan, la lumière joue un rôle important dans cette séquence par sa signification symbolique. Les cinq pompiers sont placés de la même façon que la cinquième face d’un dé à jouer, Montag se trouve toujours au milieu, alors qu’il devrait s’agir du capitaine. La vieille dame réapparait dans un plan rapproché épaule et l’on aperçoit en arrière plan gauche un vitrail en œil-de-bœuf, pouvant symboliser l’œil de la connaissance, au cœur de l’antre des livres, mais également l’omniscience de cette société, qui, au contraire, contrôle la connaissance. C’est aussi une ouverture, non pas sur le monde réel mais sur les livres donc le savoir. Ce personnage est entouré de symboles liés à la connaissance. La maison elle-même se trouve du côté de la connaissance, par son attachement aux valeurs traditionnelles dans son architecture et sa décoration : moulures, dominance du bois, dominance de l’artisanat avec les vitraux notamment. Elle s’oppose à celle de Guy Montag, claire et lumineuse, dans un style futuriste : elle illustre le changement entre les deux ères : l’héritage ancien et la modernité. Les premières paroles de la vieille dame s’inscrivent également dans cette optique : « Soyez un homme, Maître Ridley ! Nous allons en ce jour, par la grâce de Dieu, allumer en Angleterre un flambeau qui, j’en suis sûr, ne sera jamais éteint »[1], phrase prononcée par Hugh Latimer à son compagnon Nicholas Ridley avant son exécution par le feu en Angleterre en 1555 pour ses opinions protestantes sous la reine catholique Marie Tudor et rapportée par John Foxe[2]. Cette phrase annonce donc la fin de la séquence, la mort de la vieille dame brûlée au milieu de ses livres. Elle s’arrête à quelques pas de la dernière marche, dans un plan de demi-ensemble, toujours en légère contre-plongée. Elle est alors violemment bousculée par les pompiers lorsqu’ils se rendent à l’étage. Il s’agit de la première étape de l’escalade de la violence qui mènera à la mort du personnage. La détentrice du savoir est malmenée, rabaissée, alors qu’elle devrait être au contraire admirée.

vieille dame

b) La découverte des livres

                L’équipe est répartie à l’étage par le capitaine des pompiers, tandis que Montag est intimé de rester aux côtés de celle qui est considérée comme une criminelle. Les plans de détail sur les objets et parties de la maison cassés se multiplient alors. L’escalade de la violence continue, et l’on assiste à un effet de gradation menant à une impression d’ivresse créée par les plans alternés, la caméra-épaule – qui produit une image instable place le spectateur dans l’action – la très courte profondeur de champ qui fait le point sur les objets les plus proches de la caméra et l’agitation intense, surtout les bruits de casse et de livres jetés depuis l’étage. Ils recouvrent petit à petit le tapis, formant ce qui s’avèrera être le bûcher de la vieille dame. Les ouvrages pleuvent sur Montag et la vieille dame avec violence. De plus, tout est cassé dans la maison, les placards en trompe-l’œil qui dissimulent les livres mais aussi le vitrail en forme d’œil-de-bœuf, par le pompier en concurrence avec Montag, à qui le capitaine ordonne de le laisser seul : c’est la colère qui commandera son geste. Son rôle va se préciser dans la seconde moitié du film puisque c’est lui qui le dénoncera. Montag ramasse quelques-uns des livres: sa curiosité s’accroit de plus en plus. Il en ouvre un et en lit le début « Il était une fois un pauvre bûcheron, qui s’appelait… », probablement tiré des Souhaits ridicules, de Charles Perrault. La veille dame lui rétorque « Non, ne lisons pas, ils n’auront pas mes livres », encore un indice de la finalité de la séquence. De plus elle utilise le pronom personnel « nous », incluant Montag à ses côtés, renforcé par le fait qu’il soit déjà le seul avec elle en bas, et que le point de vue soit toujours celui des pompiers à l’étage, formant deux groupes de personnages mis en opposition. Pourtant c’est à ce moment précis que Montag va être appelé afin de voir la bibliothèque clandestine, l’invitant à rejoindre ceux qui sont officiellement les siens.

[retour au début]

II. La bibliothèque : critique d’une société

a) Une culture riche malgré l’interdiction

              Alors que le spectateur est invité à pénétrer dans la bibliothèque, le bruit des livres jetés continue à lui parvenir, établissant le lien avec la scène précédente. Ce dernier est fort, probablement augmenté lors de la postsynchronisation. Le capitaine agit comme un guide, sa voix est souvent en off alors que des plans d’ensemble en travellings nous présentent les lieux. « Tout ça est à nous Montag » démontre comme plus tôt l’excitation qui anime les pompiers à l’idée de brûler les livres, la joie est déjà présente au moment où il appelle Montag resté au rez-de-chaussée. Ils s’apparentent à des personnes qui aiment détruire des objets mais aussi des idées. Le capitaine, après avoir dit que la curiosité était naturelle, ajoute « c’est du vent tout cela, les livres n’ont rien à nous dire ! » et en jette tout un rayon au sol. Bien que les livres soient interdits, le capitaine a une certaine culture de la littérature dans son ensemble. Les plans alternés se succèdent avec des travellings latéraux avec effet de dévoilement pour permettre au spectateur de reconnaître certains des ouvrages. Un raccord regard avec le capitaine suivi d’un plan détail sur l’étagère nous permet de contempler les livres présents : Othello, The Moor of Venice[3] en version originale de William Shakespeare, est cité comme un roman alors qu’il s’agit d’une tragédie théâtrale. Vanity Fair, de William Makepeace Thackeray est un roman du XIXe siècle ayant pour décor la société anglaise. « Ils ne parlent que de gens qui n’ont jamais existé. Ils donnent à ceux qui les lisent le dégoût de leur propre vie et la tentation de vivre une existence impossible » commente ces découvertes. On voit également Madame Bovary, de Gustave Flaubert, symbole de la littérature romanesque française, puis Le Monde à côté de Gyp, alias de Sibylle Marie-Antoinette Gabrielle Riqueti de Mirabeau, arrière-petite-nièce de Mirabeau[4] et enfin Alice’s Adventures in Wonderland[5] suivi de Through the Looking-Glass (sa suite), de Lewis Carroll, en langue originale également. Le bruit de verre brisé vient contrarier le capitaine, qui donne le contre-ordre de brûler la maison. Le capitaine passe alors à un second rayon, celui de la philosophie : « des penseurs, les philosophes, des farceurs ! Chacun d’eux proclame ‘il n’y a que moi qui dit juste, tous les autres sont des imbéciles’[…]. La philosophie ce n’est rien d’autre qu’une question de mode, comme les jupes courtes une année et les jupes longues l’année suivante ». Malgré sa critique de la philosophie il en connaît pourtant une partie des courants, car évoque les thèses des auteurs.

b) Le danger de la démarcation de l’individu

            Ce détail des œuvres présentes permet l’introduire une des caractéristiques majeures de cette société dystopique : l’interdiction de la singularité. En effet il ne faut en aucun cas se démarquer des autres membres. Les enfants récitant d’une seule et même voix des tables de multiplication de dizaines montrent bien que la connaissance doit être égale pour tous, l’érudition est un crime. C’est une violente critique que fait Truffaut à propos de notre société : le savoir était déjà de moins en moins admiré dans les années 1960 et le déclin ne fait que continuer. Le passage en revue des biographies et autobiographies est le point culminant du développement de ce point : « le second et les suivants [les livres] n’étaient dictés que par leur vanité dans le seul but de percer, de vouloir se distinguer, de pouvoir regarder de haut tous les autres ». La culture est donc perçue comme un moyen de rabaisser ceux qui en ont moins et non comme la possibilité d’élever la condition humaine. Nous pouvons y voir un lien avec l’ouvrage qui a fait polémique paru en 1964, Les Héritiers de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron. En effet les jeunes sociologues ont dénoncé les inégalités des étudiants face à la culture, différente de l’apprentissage : celle qui est assimilée au cours de l’éducation familiale et étroitement liée au milieu socio-économique. Ayant vécu une enfance compliquée, S’étant réfugié dans la littérature pour fuir une enfance compliquée où il a été rejeté par sa mère, Truffaut n’adhère pas à la thèse de Bourdieu. Selon lui, la culture est à la portée de ceux qui le souhaitent.

Gaspard Hauser

            C’est ce moment-là que choisit Montag pour dissimuler un livre de Gaspard Hauser dans son uniforme, mais l’un des pompiers, Fabian, le voit à travers une étagère. Le capitaine continue son énumération avec Robinson Crusoé de Daniel Defoe, « L’inventeur du surhomme, Nietzsche » démontre une nouvelle fois une part de culture. Selon le capitaine, la littérature n’est pas le seul domaine interdit : la science et le fait de savoir que le tabac est dangereux pour la santé ne permettrait pas de sauver des vies mais uniquement d’inquiéter la population, et donc de perturber la sérénité de la société. « Seule l’égalité peut assurer le bonheur de tout le monde » traduit la thèse du capitaine, simple représentant de l’autorité. La culture est vue comme un instrument d’hétérogénéisation de la société, ses membres ne seraient plus égaux. Mein Kampf, d’Hitler, est le dernier ouvrage montré avant la prochaine scène. L’autodafé qui va suivre est alors mis en relation avec ceux qui ont été orchestrés lors du troisième Reich, dont le point culminant eut lieu le 10 mai 1933 avec la mise à feu simultanée de dizaines de milliers de livres à Berlin mais aussi dans vingt et une autres villes d’Allemagne[6].

[retour au début]

III. Autodafé et immolation par le feu, point de non-retour pour Montag

a) L’élimination du savoir

           « Telle je suis et telle je finirai » est la phrase prononcée par la vieille dame, qui s’exprime essentiellement par des phrases tirées de ses lectures dans cette séquence. Cela annonce la découverte des « hommes-livres » qui en apprennent un par cœur. Toutes les connaissances écrites doivent être éliminées, même les livres d’art pictural comme celui de Salvador Dali. Nous remarquons également la présence d’un tableau de Snellen – permettant de mesurer la vue – dans la bibliothèque : la présence de lettres est interdite, qu’elles soient ou non dotées de sens. Les journaux autorisés ne sont constitués que d’images sans lettre aucune. La musique réapparait et reprend son rôle dramatique avec un tempo très rapide et un niveau sonore élevé. Elle rythme les quatre étapes qui précèdent l’utilisation de la lance – non pas à eau – mais à combustible : c’est un lance-flamme. Le processus d’arrosage permet alors au spectateur de passer en revue quelques-uns des ouvrages au sol : Interglossa de Lancelot Hogbeen, Gargantua et Pantagruel de Rabelais, Jeanne d’Arc de Philippe de Villiers, Les Nègres de Jean Genet, Life and Loves de Franck Harris, The Weather de George & Bush, Raymond Kimble, Holy Deadlock de A.P Herbert, My Autobiography de Charles Chaplin. Il s’agit donc d’un mélange d’œuvres en langues anglaise et française. La caméra passe parfois plusieurs fois sur les ouvrages, y revient après avoir fait le tour. Fabian, le pompier ayant vu Montag cacher le livre pousse du bout du doigt une lampe blanche et ronde au sol. Celle-ci symbolise également la connaissance. Ce dernier est zélé et aime son travail pour la violence qu’il lui permet de diffuser. Une des couvertures apparaissant au sol est celle d’un exemplaire des Cahiers du Cinéma dont le numéro est consacré à A Bout de Souffle écrit par François Truffaut[7].

Capture d’écran 2015-03-24 à 17.08.33

b) L’autodafé, la fin pour deux personnages, la vieille dame et Montag

            Le compte à rebours commence, effectué par Fabian, le pompier zélé, à la demande du capitaine. Des plans alternés des regards des différents personnages sont montrés. A 9, la vieille dame commence à compter comme les enfants à l’école, elle récite ses tables de multiplication à partir de onze. Un zoom avant nous amène de la position de Montag jusqu’à celle de la vieille dame tenant l’allumette. La musique change, devient plus aigüe. Un filtre rougeâtre est ajouté sur la caméra afin de représenter la chaleur. Les flammes dansent autour de la vieille femme, qui est montrée avec différents plans, américain à gros plan, avant de tomber. Un champ-contrechamp inverse le point de vue du spectateur, qui se retrouve face à la porte et non plus aux escaliers. Les flammes ont envahi la maison. Un plan rapproché taille présente Montag que la fumée nous empêche de voir distinctement. Il se tient dans l’entrebâillement de la porte face aux flammes. Le point de vue change, la caméra se place dans l’angle de l’escalier, présentant la pièce dévorée par les flammes et Montag en plongée.

            Le feu a historiquement été employé à des fins destructrices, vu comme le seul instrument capable de venir à bout du surnaturel, comme l’ont montré la chasse aux sorcières en Europe mais également aux Etats-Unis, notamment à Salem, et le bûcher de Jeanne d’Arc plus proche de nous. Le corps de cette dernière subit trois crémations successives afin qu’il ne reste rien de sa dépouille et qu’elle ne puisse faire l’objet d’un culte. L’autodafé a pour caractéristique principale la volonté de destruction intégrale du livre, dans sa forme et son contenu, comme la destruction du corps de Jeanne d’Arc pour éradiquer la sorcellerie. Les « Hommes-livres » montrent cependant que malgré la non-existence matérielle, le spirituel peut subsister. C’est cette notion d’espoir que je retiendrai de ce film.

L'autodafé

 

      Cette séquence est le tournant du film, car cet épisode singulier, situé en son milieu, va ouvrir les yeux de Guy Montag et précipiter les événements futurs comme la lecture aux amies de son épouse, et bien sûr l’épisode de la mise à feu de sa propre maison. Derrière la simple description d’une société dystopique, nous apercevons la critique de la société contemporaine à François Truffaut, celle des années 1960, dans un rejet de la violence suite aux atrocités des guerres mondiales, spécialement la seconde et ses crimes contre l’humanité. L’art a été un moyen d’expier cette période noire, comme le Nouveau Roman ou le postmodernisme en littérature par exemple, ou encore l’expressionisme abstrait né aux Etats-Unis.

[retour au début]

***

[1] « Be of good comfort, Master Ridley, and play the man; we shall this day light such a candle, by God’s grace, in England, as I trust shall never be put out. »

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugh_Latimer

[3] Othello ou le Maure de Venise, William Shakespeare

[4] http://fr.wikipedia.org/wiki/Sibylle_Gabrielle_Riqueti_de_Mirabeau

[5] Les Aventures d’Alice au pays des merveilles et De l’Autre côté du miroir, Lewis Carroll.

[6] http://fr.wikipedia.org/wiki/Autodafés_de_1933_en_Allemagne

[7] http://www.allocine.fr/film/fichefilm-2166/secrets-tournage

***

Bibliographie

« Hugh Latimer », Wikipedia [en ligne], disponible sur <http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugh_Latimer>, (10/03/15).

« Sibylle Gabrielle Riqueti de Mirabeau », Wikipédia, [en ligne] disponible sur <http://fr.wikipedia.org/wiki/Sibylle_Gabrielle_Riqueti_de_Mirabeau> (05/03/15).

« Autodafés de 1933 en Allemagne », Wikipédia, [en ligne] disponible sur <http://fr.wikipedia.org/wiki/Autodafés_de_1933_en_Allemagne> (05/03/15).

« Fahreinheit 451 », Allociné, [en ligne] disponible sur <http://www.allocine.fr/film/fichefilm-2166/secrets-tournage>, (08/03/15).

« Jeanne d’Arc », Wikipédia, [en ligne] disponible sur <http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_d’Arc>

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lmariani (24 mars 2015). Le second autodafé : une arme de dénonciation. LEMA-Cinéma. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtlk