Dancer in the Dark de Lars Von Trier (2000)

Sept études de ce film ont été réalisées : 

La représentation de l’Amérique : au-delà de l’histoire individuelle de Selma, Dancer in the Dark pose un regard critique sur le rêve américain et sur l’illusion d’une terre d’accueil qui se ferme dès lors qu’elle se sent mise en danger.

Le silence : quelle place pour le silence dans le drame musical de Lars Von Trier ? Du silence comme procédé dramatique au silence du secret, il scelle le destin des personnages.

Initiation à l’obscurité du monde : une analyse de la première séquence, du prélude onirique jusqu’à la scène de répétition.

« I’ve seen it all » : la scène du train : une analyse de la séquence chantée où Selma et Glen se retrouvent sur les rails du train.

Le procès de Selma : une analyse de la séquence où les témoins viennent à la barre et où Selma est à son tour entendue.

Le traitement de la comédie musicale : en quoi Lars Von Trier utilise ce genre cinématographique et le détourne ?

La place du réalisme et du pathos : en quoi le réalisme et le pathos se conjuguent-ils pour renforcer l’impact dramatique du film ? quelle distanciation reste possible pour le spectateur ?