Le procès de Selma

Dancer in The Dark : analyse d’une séquence

Dancer in The Dark est un film réalisé et écrit par Lars Von Trier. En 2000, année de sa sortie en salles, il obtient la palme d’or à Cannes ainsi que le prix d’interprétation féminine pour son actrice principale Björk. Le sixième film du réalisateur danois raconte l’histoire de Selma, une immigrée tchèque travaillant dans l’état de Washington au milieu des années soixante. Elle vit avec son fils Gene dans une habitation propriété du policier Bill Houston et de son épouse Linda. Passionnée de comédies musicales hollywoodiennes, elle auditionne pour une adaptation de The Sound of Music avec son amie et collègue Kathy. Mais à cause d’une maladie héréditaire, elle devient progressivement aveugle et travaille à l’usine pour réunir assez d’argent afin de faire opérer son fils et lui éviter de subir la même cécité. La vie relativement paisible de Selma prend fin lorsque Bill ruiné vole ses économies puis implore Selma de le tuer quand elle parvient à récupérer son argent. Elle s’exécute et tue Bill alors que sa femme Linda est témoin des fausses implorations de Bill pour être épargné. Le film de Lars Von Trier alterne entre comédie musicale et avancée de l’intrigue. Les passages chantés prennent la forme de pauses narratives où le temps et l’intrigue sont suspendus. Il est filmé grâce à l’usage de caméras à l’épaule qui servent la volonté de réalisme du propos. Il s’agit d’une recherche d’authenticité pour parvenir à un style quasi documentaire. L’image s’apparente à une pseudo destruction du beau, elle est un reflet de la vision incertaine de Selma, héroïne sacrificielle qui fait presque figure de martyre dans ce film. Le réalisateur s’éloigne des règles commerciales pour réaliser un film aveugle, un documentaire fictionnalisé, une comédie- musicale dramatique. La séquence analysée se situe à environ 1 heure 29 minutes du début, soit à un peu plus de la moitié du film: Selma après avoir été arrêtée se retrouve au tribunal pour assister à son procès pour meurtre au premier degré. Cet épisode se retrouve à la frontière entre fiction et documentaire. S’il paraît clair qu’il s’agit d’une fiction, la mise en scène relève d’un style documentaire et ce, dans sa recherche de vérité crue et dans son ouverture sur des questions sociales tels que les préjugés face à l’immigration dans l’Amérique de ce siècle. Il est donc possible de se demander comment le personnage de Selma impose, à lui seul, le fictif dans une séquence aux apparences de documentaire? La séquence étudiée peut être divisée en trois temps marqués par la succession des témoins. Dans un premier temps, le témoignage de l’entourage proche de Selma. Dans un second temps, le témoignage de l’accusée Selma. Enfin dans un dernier temps, le témoignage d’un personnage extérieur à l’iN//queio-alnagy="dcterinlant pour larviu, ut su/tout pour lamsore, de Selm.>

p">Le plae qui soit ese, loniquemane, ve plusplnu d: la séquenc. SSelma est uosst-amirce àicsrprèmanvet à lanbarre minscl’est ve premier Témons filmx en llae l&rsquoios"emlln. Elle est la taule à êtreprndquevulirAra ve paeise/a orags,iqui l&rsquo.apparenteroit preique à un oura orag. SSelma est ter"dve niireisejutry l&rsquo assie ex dnbgur usndsogri fmea.Sas posgure ainsi qgs sns mnique d&8217;temarive set l&rsquoeLemutfsmle re Selme relèv,t pouc ve prorèe, l&rsquo u naves renulpaifiti"dn. en parollgle, pouc ve spcsraieuromnsicvien,tci: no-navesoicville niiref i"diti"dantochcancs exbTêlscs.Lvera oragtrpe-met l&rsquohoilanuur snsjuvement siesdtouc:uverx l&rsquo i"dle resotlscendsrpe snnragn. en fefee,spenlanl/tout he plae, veiviragenre Selmeiest filmx re face pafrois engpra plae,ielleiestoabtrv"dle us bore d&lamlus.Mmrir lorsql&rsquoiellei"dcvdls reprecrt fdc he à quiiqui sa/cnnpure à la srne, la a mlascenp tounre poua tx fider sur heiviragenre l&rsquo av cas re l&rsquo accuratioe. l&rsquo eststaulemanx lorsql&rsquoiellessr roitique he a mlaprevlanr sur Selm. SSelma faitefigure de posgure troniqueavaire sacrificiella.Sasnpvnosion pourroit pau-Têtre l&rsquo.apparentee à;uve recherche depnideaptiot pouc avairrins us cn re u en lanliqui surtavi/tima re sa même maladie ql&rsquoiells.Mmririelle tond su/tout à proiquur re l&8217;temKative, de sapoitié os de safrousoratiot/csez he spcsraieua.Ssnsinnrocnncs devlanr preiqueinbsolanus ex sa ulpaifiti"de preique recherc"dls.Ll’abtnncs me musiqun os deb ru tad plci: Selmendans use posgure de mise enupéile.Lln snsiest iellemanx importaitisies tx filmique sns:abtnncs revlanr oigtif casvls. Selmereic ve plus enisigmer lorsql&rsquo uc u snsuve l&rsquolanpouls.La:respt-rnsioniest iellemanx marqure ql&rsquoielle on devientsoigtifcancn. en face, l&rsquo av cas re l&rsquo accuratio ;agit vériaiblemant commr u -meiieur en scène de l’uction ex/cmuios"e sa-frgmili"da ds Selmn. Ilcoborionuz hus enprces ex sortia drpe snnrages exafigvillelieuespnauctious. Ilrosume à quibtau, la chargs da tiaongie.Lsesfauressrpe snnragpsnve snee prèmanisique poucaciqudesmer ospnai forder da tress. Il faitefigure l’uatoti"da siesci:ipribunas.Mmgsispabe, il"dnfocde u -texre pn pa"df expn p "df sies l&rsquounique-objecsif re/cnnamine. Selme à srne. Il l&rsquo.apparente à;us uiirerpe snnrags de troniviu, en llus de Selmernl re safaenati"da ds sns sor. N"danmoine, vera oragt ex he cnitada/cnispquulanr u e<

27abtganfote"srcn="httsp:/f-totgfishyp.oth hu.org/ wp/cn lai//blogs.dir/2459/files/2015/03FullSizeRcndier300x129a.jpg" alt=Tpribuna02" width=2700" height=1273"/">06"srcn="httsp:/f-totgfishyp.oth hu.org/ wp/cn lai//blogs.dir/2459/files/2015/03FullSizeRcndier2r300x126a.jpg" alt=Tpribuna2" width=2719"hheight=1204"/">
> !!-- erm, htpsp:/rpefjecs/cns .co/s --> >